Les enjeux du recouvrement
 Cabinet de Recouvrement PARIS/DAKAR - Impayés au Sénégal et en France
RSS Nous retrouver Devenir Fan

Fourni par FeedBurner


Articles récents

rachat de credits
regroupement de credits
signification
pensions alimentaires
decision de justice; execution forcee

Catégories

Acte d'huissier de justice
Actualités économiques
Actualités juridiques
Artisans
auto entrepreneur
AVOCAT
Bail
Bail commercial
Bailleurs Locataires
CAF
CHARGES
chèques impayés
Chèques sans provision
CREDIT
Departements et Régions
Détective privé
economie
Entreprises
ETRANGER
EUROPE
EXPULSION
EXPULSIONS
FAMILLE
Fiscalité
GOUVERNEMENT
HUISSIERS DE JUSTICE
IMMOBILIERS
INSEE
JURIDIQUE
LIENS SUR UN SITE
LOYERS
PRESSE
rachat de credit
rachat de crédit
RACHAT DE CREDITS
RECOUVREMENT
Recouvrement de créances
recouvrement de loyers
Recouvrir les impayés
Recouvrir les impayés : un métier pas banal
SANTE
societes de recouvrement
Stage
surendettement
SYNDIC

Archives

février 2017
juin 2015
avril 2015
mars 2015
février 2015
décembre 2014
novembre 2014
octobre 2014
mai 2014
janvier 2014
octobre 2013
septembre 2013
juillet 2013
mai 2013
avril 2013
mars 2013
février 2013
janvier 2013
décembre 2012
novembre 2012
octobre 2012
septembre 2012
août 2012
juillet 2012
avril 2012
mars 2012
février 2012
janvier 2012
décembre 2011
novembre 2011
octobre 2011
août 2011
juillet 2011
juin 2011
mai 2011
avril 2011
mars 2011
janvier 2011
décembre 2010
novembre 2010
octobre 2010

fourni par

eurocontentieux

Les enjeux du recouvrement

                        
Les enjeux du recouvrement


   Dans le contexte de crise économique, les retards de paiement des entreprises n’ont jamais été aussi importants en Europe depuis 4 ans, au Royaume-Uni depuis 10 ans et en Italie depuis 13 ans. En Europe, ces retards de paiement pèsent 90 milliards d’euros par an et représentent 10,8 milliards d’euros d’intérêts perdus. Par ailleurs une augmentation croissante des dossiers en contentieux entraîne la perte de près de 24 milliards d’euros de

créances non recouvrées.[1]
Cette recrudescence d’impayés s’accompagne d’une augmentation des provisions pénalisant les résultats financiers.
Quatre grandes banques françaises (BNP Paribas, Société Générale, Crédit Agricole SA, BPCE) ont pu constater en 2009 une forte augmentation du coût du risque par rapport à 2008 (en moyenne +/-40%).

Afin de limiter l’augmentation du coût du risque, les banques doivent accentuer leurs efforts portant sur la gestion des dossiers à risques et ceux en défaut. Pour ce faire, les banques doivent agir sur l’ensemble du processus de crédit :

    Processus pré défaut : octroi et gestion du crédit (gestion administrative, suivi des engagements), les banques doivent prévenir le défaut et l’éviter au maximum.
    Processus post défaut : recouvrement et provisionnement, elles doivent mettre en place des mesures permettant de renforcer la fonction de recouvrement, afin d’optimiser la récupération des sommes dues lorsque le défaut survient.


Illustration : Chaîne de valeurs crédits

Amélioration du processus pré défaut

La réglementation baloise définit un défaut lorsque le débiteur dépasse 90 jours d’impayés consécutifs ou dès lors que la banque doit prendre des mesures appropriées telles que la réalisation de garanties. De ce fait, un impayé ne conduit pas forcément un passage au recouvrement.
Cependant, ces retards de remboursement des échéances d’un crédit sont coûteux pour les banques, ils se traduisent par un coût lié à l’immobilisation du capital. Le monitoring client constitue donc un enjeu essentiel pour les banquiers prêteurs.

En ce sens les banques de détail et les BFI ne sont pas logées à la même enseigne.

Les BFI disposent d’une documentation sur la base de publications officielles qui permettent de connaître la santé financière de l’entreprise de manière régulière. Par ailleurs, elles agissent en amont, dès l’octroi de crédit, pour faciliter le monitoring et assurer une couverture des risques optimum. Ainsi, lors des financements, le contrat de crédit comporte des clauses particulières de sauvegarde (covenants). Exprimées généralement sous la forme de seuils de ratios financiers à ne pas dépasser, les covenants permettent un suivi régulier du créancier. Un non respect de ces ratios peut conduire au remboursement total du crédit.

Les banques de détail ont plus de difficultés à agir en amont car elles ne disposent pas toujours des mêmes outils de suivi des risques. Par ailleurs le volume de clientèle ne permet pas un suivi individualisé aussi performant et systématique. Enfin, les enjeux financiers des opérations unitaires sont souvent plus importants au niveau des BFI, les outils KYC (Know Your Customer) y sont souvent beaucoup plus performants.

Un effort de renforcement de la prévention des risques de contreparties devrait donc prioritairement être porté au niveau de la banque de détail. Afin d’être plus performantes dans le suivi clientèle, les banques doivent améliorer leurs outils KYC et adapter les systèmes d’informations permettant de garantir une meilleure traçabilité et connaissance du client.
Dans le cadre du suivi des clients en difficulté, les banques doivent pouvoir également gérer de manière plus dynamique le choix des solutions de gestion des dossiers pré-défaut qui s’offrent à elles : rachat de crédits, cession de créances…

Et lorsque malgré ces dispositions, le passage au recouvrement est inévitable, il est doit être géré au mieux afin de récupérer les sommes dues.

Renforcement de la fonction recouvrement

Aujourd’hui, les banques ont recours à trois modes de recouvrement différents : le recouvrement en interne, l’externalisation et la cession de créances.
Selon les montants à récupérer, le volume de dossiers à traiter et la rentabilité frais du recouvrement/récupérations les banques priorisent un mode plus qu’un autre.

L’internalisation du recouvrement est utilisée lorsque le montant du recouvrement est important. Cette méthode à l’avantage de permettre aux banques de garder un lien de proximité avec ses clients (fidélisation du client) et de proposer des solutions adaptées selon leurs situations. Elles doivent être capables d’identifier les différents types de débiteurs, et donc de distinguer les mauvais payeurs des clients temporairement en difficulté. Dans ce cas aussi, une bonne connaissance client s’impose afin de pouvoir proposer un rééchelonnement de dette aux bons clients.

L’externalisation est priorisée par les banques pour traiter un volume important de dossiers d’impayés homogènes et de montants moindre. Des sociétés externes sont mandatées par les banques afin de procéder au recouvrement pour leur compte moyennant une commission en fonction du montant recouvré.

Lorsque les banques estiment que la rentabilité du recouvrement devient négative, c’est-à-dire que les frais de recouvrements (internes ou externes) sont supérieurs à l’estimation des récupérations, elles font appel à la « cession de créance ». Des établissements spécialisés (exemple : Coface, Credirec…) vont racheter l’ensemble de ces créances afin d’industrialiser leurs traitements et permettre une meilleure rentabilité.

L’externalisation nécessite une optimisation des systèmes d’informations internes. A cet effet, les banques doivent mettre en place des moyens permettant une bonne gestion des dossiers qui seront transférés aux sociétés externes afin de faciliter les échanges de dossiers et conserver une traçabilité de chaque dossier.

Quel que soit le mode de recouvrement appliqué, le recouvrement à l’amiable est priorisé limitant les procédures judiciaires qui peuvent être longues et très coûteuses et préservant au mieux la relation commerciale.

Avec l’augmentation en cours du contentieux, l’activité de recouvrement devra, plus que jamais, être considérée comme un prolongement de la relation clientèle. Elle devra ainsi être traitée avec la contrainte de protéger cette relation et de garantir les futures relations d’affaire.
Cette vision implique donc de prendre en compte cette possible fin des contrats dès l’octroi, et également de connecter au mieux les outils de recouvrement sur les outils de CRM et de KYC.

Au-delà des gains de capital règlementaire à moyen terme, l’enjeu d’activité à long terme est réel. Seuls ceux qui auront mis sur pied un process global, fluidifié, éventuellement par le recours à la cession de créance, pourront maintenir le fil du dialogue avec les clients et ainsi défendre leurs valeurs de proximité.

Sia Conseil

0 commentaires pour Les enjeux du recouvrement:

Commentaires RSS

Ajouter un commentaire

Votre nom :
Adresse email : (obligatoire)
Site web:
Commentaire :
Vous pouvez modifier votre texte : agrandi, gras, italique, etc. avec les codes HTML. Voici comment faire..
Post Comment
Assistant de création de site fourni par  Vistaprint