Saisie-appréhension : livraison ou restitution d'un bien
 Cabinet de Recouvrement en Picardie - PAS DE SUCCES PAS D'HONORAIRES
RSS Nous retrouver Devenir Fan

Fourni par FeedBurner


Articles récents

rachat de credits
regroupement de credits
signification
pensions alimentaires
decision de justice; execution forcee

Catégories

Acte d'huissier de justice
Actualités économiques
Actualités juridiques
Artisans
auto entrepreneur
AVOCAT
Bail
Bail commercial
Bailleurs Locataires
CAF
CHARGES
chèques impayés
Chèques sans provision
CREDIT
Departements et Régions
Détective privé
economie
Entreprises
ETRANGER
EUROPE
EXPULSION
EXPULSIONS
FAMILLE
Fiscalité
GOUVERNEMENT
HUISSIERS DE JUSTICE
IMMOBILIERS
INSEE
JURIDIQUE
LIENS SUR UN SITE
LOYERS
PRESSE
rachat de credit
rachat de crédit
RACHAT DE CREDITS
RECOUVREMENT
Recouvrement de créances
recouvrement de loyers
Recouvrir les impayés
Recouvrir les impayés : un métier pas banal
SANTE
societes de recouvrement
Stage
surendettement
SYNDIC

Archives

février 2017
juin 2015
avril 2015
mars 2015
février 2015
décembre 2014
novembre 2014
octobre 2014
mai 2014
janvier 2014
octobre 2013
septembre 2013
juillet 2013
mai 2013
avril 2013
mars 2013
février 2013
janvier 2013
décembre 2012
novembre 2012
octobre 2012
septembre 2012
août 2012
juillet 2012
avril 2012
mars 2012
février 2012
janvier 2012
décembre 2011
novembre 2011
octobre 2011
août 2011
juillet 2011
juin 2011
mai 2011
avril 2011
mars 2011
janvier 2011
décembre 2010
novembre 2010
octobre 2010

fourni par

eurocontentieux

Saisie-appréhension : livraison ou restitution d'un bien

Saisie-appréhension : livraison ou restitution d'un bien

Principe

La saisie-appréhension peut être pratiquée pour des biens à livrer ou à restituer : c'est le cas par exemple lorsqu'un magasin refuse de livrer un objet déjà payé ou lorsqu'une personne, une fois livrée, ne paie pas le reliquat.

Le créancier peut alors demander que l'objet soit livré ou restitué contre la volonté du débiteur : la saisie-appréhension a pour but de retourner l'objet au demandeur. Elle est pratiquée par un huissier de justice.

La saisie peut avoir lieu auprès du débiteur ou d'un tiers détenant le bien.
Procédure en l'absence de titre exécutoire

Si le créancier n'a pas de titre exécutoire ordonnant la remise du bien, il peut saisir le juge de l'exécution du tribunal de grande instance du domicile du débiteur par requête .

Il doit y joindre la description du bien réclamé et tous les documents justificatifs.

Le juge examine la demande et rend une ordonnance d'injonction de délivrer ou de restituer le bien.

L'huissier, choisi par le créancier, envoie l'ordonnance au débiteur qui dispose de 15 jours pour s'exécuter ou pour faire opposition à l'ordonnance auprès du juge de l'exécution.

Si le débiteur n'a pas fait opposition dans les 15 jours ou si l'opposition n'est pas recevable, le créancier obtient alors une ordonnance revêtue de la formule exécutoire.

La suite de la procédure est la même qu'en cas de possession d'un titre exécutoire.
Déroulement de la procédure en cas de titre exécutoire

Saisie auprès du débiteur

Si le créancier dispose d'un titre exécutoire , il peut s'adresser directement à un huissier de justice.

L'huissier adresse au débiteur un commandement de restituer ou de livrer. Le document contient :

    la mention du titre exécutoire,

    l'obligation faite au débiteur de restituer ou livrer le bien sous 8 jours, sous peine de saisie appréhension,

    des informations sur les voies de recours de débiteur ( son droit à saisir le juge de l'exécution pour contester le commandement).

Lorsque le délai de 8 jours est passé, le bien peut être saisi.

Le créancier est dispensé d'envoyer le commandement si la demande est faite directement auprès de la personne du débiteur et que celui-ci refuse d'adresser le bien à ses frais. Dans ce cas, le bien peut être appréhendé immédiatement.

Il en est également dispensé lorsque, ayant saisi le juge de l'exécution, l'ordonnance rendue par le juge est revêtue de la force exécutoire depuis moins de 2 mois.

Un acte de saisie est remis au débiteur, que la restitution ait été volontaire ou non.

Saisie auprès d'un tiers

Si le bien est dans les mains d'un tiers, le recours au juge de l'exécution (JEX) sera nécessaire.

Dans un premier temps, l'huissier doit signifier une sommation au tiers. Elle est également adressée au débiteur par lettre recommandée avec accusé de réception. Elle contient :

    une copie du titre exécutoire,

    une injonction de remettre le bien dans un délai de 8 jours ou de transmettre les raisons de son refus,

    une information sur les possibilités de saisie du juge de l'exécution en cas de difficultés.

Le créancier doit ensuite saisir le JEX dans le mois suivant la sommation. A l'issue du délai de 8 jours imparti au tiers et en cas de non exécution, le créancier peut demander au JEX d'ordonner la remise du bien.

Si le juge l'ordonne le bien pourra être saisi. Une autorisation spéciale doit être accordée si le bien se trouve au domicile du tiers.

Un acte de saisie est adressé au tiers et au débiteur.
Recours

Les recours se font devant le juge de l'exécution, au tribunal de grande instance du domicile du débiteur.


0 commentaires pour Saisie-appréhension : livraison ou restitution d'un bien:

Commentaires RSS

Ajouter un commentaire

Votre nom :
Adresse email : (obligatoire)
Site web:
Commentaire :
Vous pouvez modifier votre texte : agrandi, gras, italique, etc. avec les codes HTML. Voici comment faire..
Post Comment
Assistant de création de site fourni par  Vistaprint