Que faire lorsque le dirigeant constate l’état de cessation des paiements ?
 Cabinet de Recouvrement PARIS/DAKAR - Impayés au Sénégal et en France
RSS Nous retrouver Devenir Fan

Fourni par FeedBurner


Articles récents

rachat de credits
regroupement de credits
signification
pensions alimentaires
decision de justice; execution forcee

Catégories

Acte d'huissier de justice
Actualités économiques
Actualités juridiques
Artisans
auto entrepreneur
AVOCAT
Bail
Bail commercial
Bailleurs Locataires
CAF
CHARGES
chèques impayés
Chèques sans provision
CREDIT
Departements et Régions
Détective privé
economie
Entreprises
ETRANGER
EUROPE
EXPULSION
EXPULSIONS
FAMILLE
Fiscalité
GOUVERNEMENT
HUISSIERS DE JUSTICE
IMMOBILIERS
INSEE
JURIDIQUE
LIENS SUR UN SITE
LOYERS
PRESSE
rachat de credit
rachat de crédit
RACHAT DE CREDITS
RECOUVREMENT
Recouvrement de créances
recouvrement de loyers
Recouvrir les impayés
Recouvrir les impayés : un métier pas banal
SANTE
societes de recouvrement
Stage
surendettement
SYNDIC

Archives

février 2017
juin 2015
avril 2015
mars 2015
février 2015
décembre 2014
novembre 2014
octobre 2014
mai 2014
janvier 2014
octobre 2013
septembre 2013
juillet 2013
mai 2013
avril 2013
mars 2013
février 2013
janvier 2013
décembre 2012
novembre 2012
octobre 2012
septembre 2012
août 2012
juillet 2012
avril 2012
mars 2012
février 2012
janvier 2012
décembre 2011
novembre 2011
octobre 2011
août 2011
juillet 2011
juin 2011
mai 2011
avril 2011
mars 2011
janvier 2011
décembre 2010
novembre 2010
octobre 2010

fourni par

eurocontentieux

Que faire lorsque le dirigeant constate l’état de cessation des paiements ?

Que faire lorsque le dirigeant constate l’état de cessation des paiements ?


Le dirigeant d'entreprise dispose désormais de trois procédures selon l’état des difficultés rencontrées dans le cadre de son activité : Procédure amiable avec ouverture d’une procédure de conciliation, procédure de redressement judiciaire ou liquidation judiciaire.


Trois possibilités s’offrent au dirigeant selon l’état des difficultés rencontrées.

1. Procédure amiable : ouverture d’une procédure de conciliation

D’après l’article L.611-4 du code de commerce « Il est institué, devant le tribunal de commerce, une procédure de conciliation dont peuvent bénéficier les débiteurs exerçant une activité commerciale ou artisanale qui éprouvent une difficulté juridique, économique ou financière, avérée ou prévisible, et ne se trouvent pas en cessation des paiements depuis plus de quarante-cinq jours. »

Cette procédure confidentielle a pour objectif de faire désigner un conciliateur (généralement un administrateur judiciaire) pour une durée de 4 mois, renouvelable pour 1 mois, dont la mission est la recherche d’un accord avec les principaux créanciers de l’entreprise (même les créanciers publics).

Les négociations portent généralement sur le rééchelonnement ou l’abandon des créances, ainsi que sur de nouveaux apports en trésorerie (prêts, comptes courants …).

L’accord trouvé entre les parties sera soit constaté par le président du tribunal de commerce, soit homologué par le tribunal de commerce.

Pendant la durée de son exécution, l’accord constaté ou homologué interrompt ou interdit toute action en justice et arrête ou interdit toute poursuite individuelle tant sur le meubles que sur les immeubles du débiteur pour obtenir le paiement des créances qui en font l’objet.

Avantages : rapidité, efficacité, confidentialité, privilège de new money pour les créanciers qui apportent de la trésorerie
Inconvénient : nécessité d’un accord unanime des créanciers concernés.

2. Procédures judiciaires :
Me Carole DESSUS/photo dr
- Ouverture d’une procédure de redressement judiciaire
D’après l’article L.631-1 du code de commerce, la procédure de redressement judiciaire est ouverte à tout débiteur qui, dans l'impossibilité de faire face au passif exigible avec son actif disponible, est en cessation des paiements.

Le redressement judiciaire est destiné à permettre la poursuite de l'activité de l'entreprise, le maintien de l'emploi et l'apurement du passif. Il donne lieu à un plan arrêté par jugement à l'issue d'une période d'observation qui est d’une durée de 6 mois (renouvelable 2 fois).

- Ouverture d’une liquidation judiciaire
Elle est prononcée lorsque le débiteur est en état de cessation des paiements et que le redressement est manifestement impossible. C’est la liquidation des actifs (par plan de cession ou isolément).

L’ouverture d’un redressement ou d’une liquidation doit être demandée par le débiteur au plus tard dans les quarante-cinq jours qui suivent la cessation des paiements s'il n'a pas, dans ce délai, demandé l'ouverture d'une procédure de conciliation.

A défaut, le dirigeant encourt une interdiction de gérer.

Avantages : arrêt ou interruption des actions en justices, interdiction de payer toute créance antérieure, arrêt du cours des intérêts, arrêt des inscriptions, possibilité d’imposer un plan de redressement aux créanciers récalcitrants.

Inconvénients : publicité, risque de reprise des actifs en plan de cession par un tiers, sanctions personnelles en cas de fautes (et sanctions patrimoniales en cas de liquidation), dessaisissement du débiteur en liquidation et déchéance du terme.


Carole Dessus
Avocat (Cabinet Wragge & Co)
carole_dessus@wragge.com



0 commentaires pour Que faire lorsque le dirigeant constate l’état de cessation des paiements ?:

Commentaires RSS

Ajouter un commentaire

Votre nom :
Adresse email : (obligatoire)
Site web:
Commentaire :
Vous pouvez modifier votre texte : agrandi, gras, italique, etc. avec les codes HTML. Voici comment faire..
Post Comment
Assistant de création de site fourni par  Vistaprint