traité européen
 Cabinet de Recouvrement PARIS/DAKAR - Impayés au Sénégal et en France
RSS Nous retrouver Devenir Fan

Fourni par FeedBurner


Articles récents

rachat de credits
regroupement de credits
signification
pensions alimentaires
decision de justice; execution forcee

Catégories

Acte d'huissier de justice
Actualités économiques
Actualités juridiques
Artisans
auto entrepreneur
AVOCAT
Bail
Bail commercial
Bailleurs Locataires
CAF
CHARGES
chèques impayés
Chèques sans provision
CREDIT
Departements et Régions
Détective privé
economie
Entreprises
ETRANGER
EUROPE
EXPULSION
EXPULSIONS
FAMILLE
Fiscalité
GOUVERNEMENT
HUISSIERS DE JUSTICE
IMMOBILIERS
INSEE
JURIDIQUE
LIENS SUR UN SITE
LOYERS
PRESSE
rachat de credit
rachat de crédit
RACHAT DE CREDITS
RECOUVREMENT
Recouvrement de créances
recouvrement de loyers
Recouvrir les impayés
Recouvrir les impayés : un métier pas banal
SANTE
societes de recouvrement
Stage
surendettement
SYNDIC

Archives

février 2017
juin 2015
avril 2015
mars 2015
février 2015
décembre 2014
novembre 2014
octobre 2014
mai 2014
janvier 2014
octobre 2013
septembre 2013
juillet 2013
mai 2013
avril 2013
mars 2013
février 2013
janvier 2013
décembre 2012
novembre 2012
octobre 2012
septembre 2012
août 2012
juillet 2012
avril 2012
mars 2012
février 2012
janvier 2012
décembre 2011
novembre 2011
octobre 2011
août 2011
juillet 2011
juin 2011
mai 2011
avril 2011
mars 2011
janvier 2011
décembre 2010
novembre 2010
octobre 2010

fourni par

eurocontentieux

traité européen

 
Première étape pour le traité européen
 
Le gouvernement a obtenu au forceps une majorité de gauche à l'Assembléenationale sur un texte négocié par Sarkozy.
 
 
 
Mission accomplie pour le gouvernement, même si la victoire a été acquiseaux forceps. Le traitébudgétaire européen a été ratifié mardi après-midi à l'Assemblée par 477voix pour, 70 contre et 21 abstentions. Ce sont bien sûr les votes contre quiont cristallisé l'attention du premier ministre et des dirigeants socialistes,mobilisés depuis plusieurs semaines pour tempérer les ardeurs des adversairesde gauche (PS, écologistes, Front de gauche) au traité négocié et signé àl'initiative de Nicolas Sarkozy et d'Angela Merkel.
 
Au final, 17 députés PS, la plupart du courant Hamon, et 3 chevènementistes ontvoté contre au sein du groupe socialiste, ainsi que 12écologistes sur 17, et 13 Front de gauche sur 15, qui réclamentl'organisation d'un référendum. La rumeur d'une absence en séance d'HenriEmmanuelli a été démentie: l'ancien ministre PS a bien voté contre. Au sein dugroupe PS, 9 députés se sont abstenus, dont Olivier Dussopt, un proche deMartine Aubry. Et dans le groupe radical de gauche, Olivier Falorni, le«tombeur» de Ségolène Royal, désormais persona non grata au PS, s'est aussiabstenu. Le gouvernement est parvenu, ce qui était son objectif prioritaire, àfaire ratifier ce traité par 282 voix de gauche (264 PS, 14 radicaux de gauche,3 écologistes et un élu de la Martinique du groupe Front de gauche), soit 8voix de plus que la majorité absolue (274 pour ce vote).
 
«C'est une majorité relative de gauche qui s'est exprimée, a aussitôtobjecté Jean-Christophe Lagarde, porte-parole du groupe de l'Union desdémocrates et indépendants (UDI), puisque la majorité absolue nécessite 289voix» (sur 577). Ce qui est vrai en théorie, mais pas pour le vote intervenumardi en raison de l'abstention.
 
Un «non-événement»
 
Sans surprise, 167 députés UMP et 28 centristes de l'UDI ont également votépour le traité. Mais 17 élus UMP n'en ont pas moins voté contre, dont plusieursmembres de la Droite populaire, et 6 autres se sont abstenus. Les 7 députés noninscrits ont, eux, tous voté contre pour des raisons très variables. Parmi eux,le souverainiste Nicolas Dupont-Aignan, l'élu du MoDem Jean Lassalle et lesdéputés Front national Marion Maréchal-Le Pen et Gilbert Collard. Preuve s'ilen est de l'importance que le couple exécutif attachait à ce vote: FrançoisHollande a salué mardi la ratification du traité par une «gauche réunie». Et defaçon très inhabituelle, Jean-Marc Ayrault, qui avait mis toute son énergiedans la bataille, a assisté à la séance et s'est exprimé après le vote,remerciant pour leurs efforts les ministres Bernard Cazeneuve (Affaireseuropéennes), Alain Vidalies (Relations avec le Parlement) ainsi que leprésident du groupe PS Bruno Le Roux. «C'est une étape que nous avons franchie,le traité n'est pas le but, c'est un moyen pour exiger d'abord la réorientationdurable de l'Europe», a expliqué le premier ministre. Le président du groupedes radicaux de gauche, Roger-Gérard Schwartzenberg, n'a pas manqué de souligner,à l'issue du vote, que c'est grâce au «pluralisme de la majorité» que legouvernement avait obtenu gain de cause.
 
Loin d'être abattus, les «nonistes» du PS n'ont pas non plus caché leursatisfaction. «Il y a une minorité importante qui a fait entendre une autrevoix dans la sérénité», expliquait Mathieu Hanotin. «Si la France ne lève pasl'étendard de la révolte contre l'Europe libérale, on s'enfoncera dans larécession», prévenait Pascal Cherki. Coprésident du groupe écologistes,François de Rugy parlait de ce vote comme d'un «non-événement». Ce n'est pas dutout l'avis de Christian Jacob: «Cette majorité est éclatée. Et que le premierministre mette un pistolet sur la tempe de chaque député pour s'assurer de sonvote en début de législature augure mal des mois à venir», a lancé le patrondes députés UMP.
 

0 commentaires pour traité européen:

Commentaires RSS

Ajouter un commentaire

Votre nom :
Adresse email : (obligatoire)
Site web:
Commentaire :
Vous pouvez modifier votre texte : agrandi, gras, italique, etc. avec les codes HTML. Voici comment faire..
Post Comment
Assistant de création de site fourni par  Vistaprint