France : les difficultés d’accès au crédit se sont renforcées pour les PMEen 2012
 Cabinet de Recouvrement PARIS/DAKAR - Impayés au Sénégal et en France
RSS Nous retrouver Devenir Fan

Fourni par FeedBurner


Articles récents

rachat de credits
regroupement de credits
signification
pensions alimentaires
decision de justice; execution forcee

Catégories

Acte d'huissier de justice
Actualités économiques
Actualités juridiques
Artisans
auto entrepreneur
AVOCAT
Bail
Bail commercial
Bailleurs Locataires
CAF
CHARGES
chèques impayés
Chèques sans provision
CREDIT
Departements et Régions
Détective privé
economie
Entreprises
ETRANGER
EUROPE
EXPULSION
EXPULSIONS
FAMILLE
Fiscalité
GOUVERNEMENT
HUISSIERS DE JUSTICE
IMMOBILIERS
INSEE
JURIDIQUE
LIENS SUR UN SITE
LOYERS
PRESSE
rachat de credit
rachat de crédit
RACHAT DE CREDITS
RECOUVREMENT
Recouvrement de créances
recouvrement de loyers
Recouvrir les impayés
Recouvrir les impayés : un métier pas banal
SANTE
societes de recouvrement
Stage
surendettement
SYNDIC

Archives

février 2017
juin 2015
avril 2015
mars 2015
février 2015
décembre 2014
novembre 2014
octobre 2014
mai 2014
janvier 2014
octobre 2013
septembre 2013
juillet 2013
mai 2013
avril 2013
mars 2013
février 2013
janvier 2013
décembre 2012
novembre 2012
octobre 2012
septembre 2012
août 2012
juillet 2012
avril 2012
mars 2012
février 2012
janvier 2012
décembre 2011
novembre 2011
octobre 2011
août 2011
juillet 2011
juin 2011
mai 2011
avril 2011
mars 2011
janvier 2011
décembre 2010
novembre 2010
octobre 2010

fourni par

eurocontentieux

France : les difficultés d’accès au crédit se sont renforcées pour les PMEen 2012

 
France : les difficultés d’accès au crédit se sont renforcées pour les PMEen 2012
 
 
Selon la 16ème édition du baromètre de KPMG et de la CGPME sur lefinancement et l’accès au crédit des PME.
 
Pour la 16ème édition de ce baromètre, l’IFOP a interrogé endécembre 2012, à la demande de KPMG et de la CGPME, plus de 400 dirigeantsd’entreprises françaises de 10 à 500 salariés sur leur financement et leuraccès au crédit.

Un accueil mitigé des récentes mesures fiscales par les dirigeants de PME
Interrogés sur les récentes mesures fiscales du gouvernement, les dirigeants dePME semblent réservés.
74 % jugent que le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi inclus dansle Pacte de compétitivité présenté par le gouvernement en novembre 2012 nepermettra pas d’alléger le coût du travail. Ce sentiment atteint même 81 % dansle BTP.

L’impact de la Cotisation Foncière des
Entreprises(CFE) instaurée en 2010 en remplacement d’une partie de la taxe professionnelleest considéré comme mitigé. Plus de la moitié (51 %) des patrons interrogésdéclarent que le montant de cette cotisation a augmenté. Un tiers estimequ’elle est restée stable et seulement 12 % qu’elle a diminué.

Un niveau d’inquiétude toujours très élevé face à la situation économique etdes difficultés liées au chiffre d’affaires
Après avoir atteint un record au trimestre dernier, la part des patrons de PMEse déclarant inquiets pour l’économie française reste toujours très élevéemalgré une légère baisse (88 %, -3 points par rapport à septembre 2012). Cepessimisme affecte tout particulièrement les PME de 100 à 249 salariés (92 %)et l’industrie (95 %). Néanmoins, les dirigeants interrogés ne sont plus que 22% à se déclarer « tout à fait inquiets », contre 28 % il y a trois mois.

L’inquiétude des chefs d’entreprise vis-à-vis de leur propre activité s’accroîtet concerne désormais 58 % d’entre eux (+2 points par rapport à septembre2012). D’ailleurs, la part des patrons déclarant ne ressentir aucune difficultédiminue (9 % contre 13 % il y a trois mois). Pour les autres, les hausses surles coûts ou les prix des fournisseurs restent la difficulté la plus citée (55%, +2 points). On observe une recrudescence des difficultés liées à la baissedu chiffre d’affaires qui affecte aujourd’hui plus de la moitié des PME (53 %,+5 points par rapport à septembre et +14 points par rapport à décembre 2011).Les problèmes de trésorerie ou de financement diminuent légèrement et sontcités par 30 % des patrons de PME (-2 points), tandis que les difficultés avecl’assureur crédit restent stables (7 %).

Les difficultés d’accès au crédit se sont renforcées en 2012
Un tiers des dirigeants de PME estime que la situation
économiquea des impacts négatifs importants sur les conditions d’accès au crédit. Cesentiment n’a cessé de croître durant l’année (33 %, + 5 points par rapport àdécembre 2011).

Logiquement, 71 % des PME déclarent connaître au moins une mesure dedurcissement de la part de leur banque (contre 66 % en septembre). Ce sentimentest même partagé par 82 % des PME ayant besoin de financer leur exploitation et80 % de celles qui ont besoin de financer des
investissements.Le financement avec des frais élevés ou à des montants plus faibles que souhaitésreste la principale difficulté ressentie par 43 % des PME (+1 point). Lesdemandes de garanties supplémentaires connaissent une recrudescence, affectant42 % des PME, contre 36 % en septembre, soit le niveau le plus haut observédepuis 2009. En revanche, la réduction des crédits ou des facilités detrésorerie (28 %, -8 points) et les demandes de co-financement (29 %, -3points) affectent moins de PME qu’au trimestre dernier, tandis que plus d’unquart des PME (28 %) sont toujours confrontées à des délais d’acceptation dedossiers trop longs.

En dépit de ces difficultés, la part des patrons de PME envisageant d’examinerles conditions de banques concurrentes (39 %, -2 points) ou de rééxaminer leurslignes de crédit (36 %, +1 point) évolue peu.

Un recul des besoins de financement à court et long terme
Dans ce contexte, les besoins de financement des PME diminuent. 60 % d’entreelles ont au moins un besoin de financement, contre 69 % il y a trois mois.Cette baisse concerne à la fois les besoins de financement pour réaliser desinvestissements (33 %, -7 points) et ceux pour financer l’exploitation (36 %,
-4 points).

Concernant les besoins de crédit pour financer les investissements*, lescrédits pour le remplacement ou l’entretien de l’exploitation connaissent unfort rebond (62 %, +12 points). A l’inverse, après avoir connu une forte haussecet été, les besoins de crédit pour des investissements d’équipements(véhicules, informatique…) déclinent (42 %, -6 points). A noter que les besoinsde crédit pour des acquisitions de développement connaissent un regain (26 %,+5 points) et sont désormais plus présents que ceux nécessaires à desinvestissements d’innovation (22%, -1 point).

Malgré ce recul des besoins de financement, l’autolimitation des chefs d’entreprisedans leurs investissements et leurs demandes de financement auprès des banquesdiminue, et concerne désormais 32 % d’entre eux (-4 points en trois mois). Ellereste forte dans les services (40 %) et dans les PME ayant des besoins definancement pour leur exploitation (45 %) ou pour des investissements (48 %).
*33 % de l’échantillon se trouve concerné par les besoins de financementsd’investissements.

Méthodologie
- Echantillon de 402 dirigeants d’entreprises, représentatifs des entreprises françaisesde 10 à 500 salariés.
- La représentativité de l’échantillon a été assurée par un échantillonnageraisonné sur les quotas (taille salariale, secteur d’activité, région) et unredressement selon les données INSEE.
- Les interviews téléphoniques de ce baromètre ont eu lieu du 10 au 14 décembre2012.

KPMG
CGPME
 

0 commentaires pour France : les difficultés d’accès au crédit se sont renforcées pour les PMEen 2012 :

Commentaires RSS

Ajouter un commentaire

Votre nom :
Adresse email : (obligatoire)
Site web:
Commentaire :
Vous pouvez modifier votre texte : agrandi, gras, italique, etc. avec les codes HTML. Voici comment faire..
Post Comment
Assistant de création de site fourni par  Vistaprint